12 décembre 2010

X pas en arrière, N pas en avant


Le week-end dernier, du trois au cinq décembre, le Parti de la Gauche Européenne (PGE) s’est réuni à Paris, à la Défense, pour son troisième Congrès. Le PST y était représenté par une délégation de six camarades, Norberto Crivelli, président du PST, son épouse Sonja Crivelli, Nathalie Mühlenstein, membre du Comité directeur du PST et présidente de la section Jura, Alexander Eniline, secrétaire cantonal du PdT Genève et membre du Comité central, Eduardo Galland, membre du Comité central, ainsi que le camarade Alp de Zürich. En effet, bien que la Suisse ne soit pas membre de l’Union Européenne, le PST fait partie de ceux qui en 2004 ont fondé le PGE, un rassemblement de partis communistes et de partis à la gauche de la social-démocratie, de pays membres de l’UE ou pas. Aujourd’hui le PGE compte 27 partis membres de plein droit, ainsi que 11 partis observateurs. Parmi les partis communistes notables d’Europe, le KKE et le PCP ont toujours refusé d’adhérer au PGE ou d’en être observateurs, et le Parti Communiste des Travailleurs de Hongrie en fut membre fondateur avant de le quitter en 2009 pour cause de divergences idéologiques. Il est à noter aussi que le PGE n’a pas de sections au Royaume-Uni ni en Irlande. Et puisque l’on est en plein catalogue des partis, citons pour finir une liste (non exhaustive) des invités au IIIe Congrès du PGE : Pedro Paez, ministre équatorien de la Coordination de la politique économique chargé de la mise en place de la Banque du Sud, le MAS de Bolivie, le Parti des Travailleurs de République dominicaine, plusieurs partis de gauche africains, le Front Polisario du Sahara occidental, le Parti Communiste du Vietnam.
IIIe Congrès pour un PGE plus fort et plus combatif
Beaucoup trop de nos membres ne connaissent que peu sur le PGE, et beaucoup d’autres en ont une mauvaise image, allant jusqu’à lancer un appel pour que le PST s’y retire (cf. ci-dessous). Les critiques adressées au PGE par ses détracteurs ont incontestablement un fondement objectif et sont en partie justes, mais en partie seulement, et en fin de compte l’image négative du PGE comme d’un bloc monolithique droitier et inféodé à la Commission européenne est très éloignée de la réalité et infirmée par le dernier Congrès. Avant d’adopter des conclusions hâtives, il ne serait pourtant pas inutile de savoir précisément ce qu’est le PGE, plus particulièrement les orientations prises au dernier Congrès, pour alors pouvoir juger en connaissance de cause. Aussi, avant de commencer il convient d’insister sur deux choses. Premièrement, le PGE, très loin du monolithe réformiste que d’aucuns s’imaginent, est une structure fondamentalement hétérogène, formée de partis membres aux cultures politiques et lignes très différentes, dont beaucoup ne correspondent pas, et de très loin, à un avatar vaguement gauchisant de la social-démocratie. Deuxièmement, pour ce qui est de la ligne politique, l’objectif affirmé par le Congrès de par la quasi-totalité des intervenants est de rendre le PGE plus fort et politiquement plus présent pour en faire un instrument de lutte contre la politique de l’UE et le capitalisme, et non de compromis ou de caution de gauche aux institutions européennes
La plateforme officielle et ses ambigüités
Le Congrès fut placé sous le signe de la crise du capitalisme, du problème des états en faillite auxquels sont imposées des politiques d’austérité brutales par le FMI et par l’UE et sur les moyens de combattre ces politiques. Le débat principal porta sur un texte programmatique présenté par le bureau exécutif du PGE et intitulé «Feuille de route pour une Europe sociale». Ce texte fut présenté par le président sortant du PGE et son auteur, l’ex-président du PDS et coprésident de die Linke Lothar Bisky. Le texte lui-même reste fondamentalement ambigu (mais les nôtres le sont-ils toujours moins ?), essayant l’impossible synthèse, sans trancher, entre deux conceptions radicalement différentes et in fine incompatibles, celle du fantasme réformiste de l’ «Europe sociale» et celle révolutionnaire du socialisme. Les deux objectifs sont affirmés dans le texte, qui fait une analyse de la crise du capitalisme, imputable aux politiques néolibérales et à la toute-puissance des marchés financiers, dénonce les politiques de l’UE et du FMI qui prétendent résoudre la crise en appliquant les mêmes politiques que celles qui l’ont provoqué et imposent aux peuples des programmes d’austérité drastiques pour le seul intérêt du capital financier, détruisent les acquis sociaux, la cohésion sociale et favorisent la montée de l’extrême-droite. Le texte dénonce aussi la dérive antidémocratique de l’UE, qui tend à imposer une «gouvernance» autoritaire, niant les droits démocratiques et la souveraineté des Etats membres, notamment en attribuant à la Commission européenne le droit de contrôler leurs budgets avant même que les parlements nationaux les aient vus, ce qui est un véritable retour à l’Ancien Régime. Il dénonce aussi la dérive militariste de l’UE et appelle à la dissolution de l’OTAN. Le texte définit la raison d’être du PGE comme celle de fédérer tous les mouvements de lutte contre les politiques néolibérales de l’UE, d’offrir une alternative politique à tous ceux qui aspirent à une «autre Europe» (le slogan «Une autre Europe est possible», et qui n’est pas exactement «Une autre UE est possible», est susceptible d’une double lecture, comme nous l’avons dit plus haut), et de faire de cette autre Europe une réalité. Comme mesures principales de lutte contre la crise et le néolibéralisme, le texte propose le refus de toutes les mesures réactionnaires, la reconstruction du service publique, l’extension des droits sociaux, une démocratie élargie, la taxation des transactions financières, l’interdiction des fonds spéculatifs, une réforme de la BCE pour lui attribuer un rôle de régulation d’intérêt public, des prêts à taux bas, nuls, voire des dons aux pays en difficulté, l’émission d’euro-obligations pour qu’ils ne doivent plus dépendre des marchés financiers pour leurs budgets. Pour ce qui est de la question de l’UE per se, le texte demeure ambigu au possible, donnant raison à ceux qui disent que l’UE est une institution antidémocratique et réactionnaire, mais dans d’autres passages semblant en faire abstraction et défendant les institutions européennes, qu’il faudrait simplement recrédibiliser en leur donnant un autre rôle. Le texte conclut par : «Le Parti de la gauche européenne s’inscrit dans la perspective d’un monde radicalement différent, de la démocratie et du socialisme. Le Parti de la gauche européenne est ouvert à tous ceux qui veulent soutenir cette feuille de route. Nous aspirons à un monde de liberté, de justice et d’égalité, sans répression, sans exploitation, sans faim, sans besoins insatisfaits. Nous voulons faire de ce rêve une réalité.»

Dans son discours d’introduction, Lothar Bisky a pris clairement position pour la lecture réformiste et européiste du texte. Comme analyse de la crise, il a affirmé que «les politiques ont abandonné le pouvoir aux multinationales et n’ont pas le courage de le reprendre en main», a martelé plusieurs fois que pour lui l’objectif est «l’Europe sociale» et a déclaré en particulier : «Si nous voulons que les peuples nous suivent, nous ne devons pas en demander trop […] nous voulons une meilleure Europe, ne l’oublions jamais, mais nous savons aussi que cela prendra du temps, il faudra plusieurs étapes pour y parvenir».
Et le débat au Congrès
Nous entendons déjà les objections qui seront légitimement faites à la ligne politique dont nous venons de faire la synthèse, mais il faut savoir que ces objections ont été faites au Congrès même. La camarade Inger V. Johansen de l’Alliance Rouge-Verte du Danemark (un parti qui milite pour le retrait de son pays de l’UE…contrairement à une idée répandue, le PGE n’est pas tout entier européiste) a soulignée qu’en cette période de crise ce serait une faute politique que d’appeler au renforcement de l’UE, qui est une machine de guerre du capital contre les peuples. Pour le PST est intervenu sur le texte l’auteur des présentes lignes, pour dire que dans la «feuille de route» manque une analyse en termes de classes, et qu’il faut concevoir la lutte politique comme lutte de classe, et non seulement contre le néolibéralisme, que l’analyse de Lothar Bisky sur la crise (cf plus haut) est inexacte, car l’Etat n’est pas un arbitre neutre au dessus des classes, mais sous le capitalisme un appareil de domination au main des classes dominantes (le discours fut interrompu à ce moment précis, qui était une reprise à peu près littérale de l’Etat et la Révolution par des applaudissements, ce qui ne fut, et de loin, pas le cas pour tous les discours…ce que nous disons non à but d’autocongratulation, mais pour dire que la réalité du PGE n’est pas tout à fait ce que d’aucuns l’imaginent être) et que donc les politiciens bourgeois font bien ce pourquoi ils sont là, que dans la situation de réaction sur toute la ligne que nous vivons les peuples ont besoin d’une gauche de lutte et non pas de compromis, et qu’enfin néolibéral ou régulé le capitalisme demeure toujours le capitalisme, et que par conséquent l’objectif du socialisme doit être affiché haut et fort.

La très grande majorité des intervenants se sont prononcés en faveur d’un renforcement des structures et des activités du PGE, non pas pour inféoder les partis communistes à l’UE, mais pour faire du PGE un instrument de lutte, de coordination des luttes à l’échelle européenne contre les politiques de l’UE et du FMI et pour le socialisme. Comme décision forte, le Congrès vota une proposition de Francis Wurtz de lancer une initiative citoyenne, telle que le permet une nouvelle norme du Traité de Lisbonne, contre le Fonds de stabilisation européen (machine de guerre pour imposer des cures d’austérité aux pays en difficulté), et pour la création en remplacement d’un Fonds européen pour le développement social, qui serait un instrument de régulation publique et de progrès social. Si le PGE serait ainsi le premier parti à utiliser cette disposition du Traité, ce n’est pas, Francis Wurtz l’a souligné, qu’il reconnaisse les traités, mais au contraire pour lutter contre la logique des traités. A la fin eurent lieu les élections statutaires, et Pierre Laurent, premier secrétaire du PCF, fut élu président du PGE pour les trois prochaines années.

Les communistes et le PGE, quelles perspectives ?
Désormais que le KKE a lancé un appel public pour le retrait des communistes du PGE et que des camarades du PST l’ont relayé, la question du bien-fondé de notre participation au PGE doit être posée, mais la poser ne signifie pas, et de loin, y répondre. Avant tout il faut éviter les réponses péremptoires et les positions a priori. Comme nous l’avons dit, le PGE est une structure hétérogène, et les rapports de force y sont mouvants. S’il fut fondé sur les positions que l’on lui reproche d’avoir, c’est que cette position était largement dominante à l’intérieure des partis communistes d’Europe au début du troisième millénaire. Mais désormais que la période de désorientation qui a suivi la chute du camp socialiste est en train de se clore, la ligne réformiste à l’intérieure des partis communistes est contestée, au PGE y compris. La majorité des partis membres sont des partis communistes, et le rapport de forces interne y est aussi susceptible de changer. Il est certain qu’il serait préférable d’avoir au niveau européen un parti communiste, et non seulement de gauche, mais si plusieurs partis observateurs y adhérent et que des partis membres changent leur ligne, le PGE serait susceptible de devenir ouvertement un parti communiste. Nous avons pu voir que la donne est actuellement au tournant à gauche, vers la lutte. Désormais une lutte idéologique est possible à l’intérieur du PGE, et cette lutte doit être menée, mais pour pouvoir la mener, encore faut il avoir le cadre pour cela, et non pas le briser sans rien proposer de concret en remplacement. Aucune norme du PGE ne pousse les partis membres d’un même pays à fusionner, et donc ne pousse les partis communistes à la dissolution. Si cette position de fusion des différentes forces de gauche fut défendue au Congrès par Oskar Lafontaine, il fut bien le seul. Actuellement des partis communistes d’Europe et d’ailleurs essayent de trouver des formes de regroupement autres que le PGE, et nous devons participer à ce mouvement de reconstruction du Mouvement communiste international, mais cela ne nous oblige en rien de quitter le PGE. Si le rejet de l’UE est une position juste, il n’en demeure pas moins que l’UE existe et forme une structure quasi-étatique, qui permet à la bourgeoisie de se regrouper au niveau européen contre les travailleurs. La désunion de la classe ouvrière face à l’UE lui serait dommageable. Un parti qui la regroupe au niveau européen et dirige sa lutte face à l’UE est nécessaire, et le PGE est susceptible de devenir un tel parti. Il importe avant tout de lutter pour une évolution en ce sens, plutôt que de claquer la porte, ce qui dans la situation actuelle de notre parti nous mènerait vers un enfermement dans les questions locales plus qu’autre chose.

18 novembre 2010

G 20 sur fonds de crise et de tensions



Les 11 et 12 novembre derniers était réuni à Séoul, en Corée du Sud, le sommet du G 20, organisation formée des 20 pays les plus puissants du monde qui ensemble représentent 80% du commerce mondial et plus de 90% du PIB de la planète et qui ensemble s’entendent de ce qu’il en est des grandes questions économiques mondiales, sans demander l’avis des 162 autres pays souverains membres de l’ONU. Font partie de ce club de grandes puissances les grandes puissances capitalistes membres du G 8, à savoir les USA, les USA, le Japon, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Italie, le Canada et la Russie ; cinq grands pays émergents que sont la Chine, le Brésil, l’Inde, le Mexique et l’Afrique du Sud ; ainsi que l’Australie, la Corée du Sud, la Turquie, l’Arabie Saoudite, l’Argentine et l’Indonésie ; le vingtième membre étant l’Union européenne.

«Qui ensemble s’entendent» avions nous dit…disons plutôt font semblent de vouloir s’entendre car à Séoul ils ne se sont pas entendus sur grand-chose, les divergences ayant été trop fortes : le sommet a fini par adopter une déclaration en 22 points tellement minimale (elle ne prévoit que des «directives indicatives») qu’elle mérite à peine d’être qualifiée d’accord. C’est que nous sommes en pleine crise systémique du capitalisme mondial, l’économie est en récession et les fondés de pouvoir de la bourgeoisie ne croient guère à leurs fables sur la reprise irréversible dont ils ne se privent pas de nous abreuver. Dans cette situation de contraction des débouchés pour le capital, la concurrence entre les grandes puissances capitalistes pour le contrôle du marché mondial se durcit, ce qui conduit inévitablement à des antagonismes entre elles. A Séoul le point d’achoppement porta sur la politique monétaire. En effet, en période de crise plus encore que de coutume, chaque puissance capitaliste a intérêt à dévaluer sa monnaie afin de favoriser ses exportations en assurant ainsi leur bon marché…mais chacune a par la même occasion intérêt à ce que les autres n’en fassent pas de même afin d’assurer des débouchés à ses exportations. Dans une situation de concurrence acharnée pour le contrôle de parts de marché, cette réalité ne peut mener qu’à une guerre des changes acharnée.

Or justement à la veille du sommet la Réserve fédérale avait annoncé l’achat de 600 milliards de dollars, une façon d’inonder le monde de billets verts, d’en baisser ainsi le prix et en favorisant les exportations américaine de rééquilibrer un peu la balance commerciale fortement déficitaire de l’Empire dont la dette se monte aujourd’hui à 14 billions de dollars, l’équivalent de son PIB, dont le budget reste fortement déficitaire à cause des cadeaux aux banques et à des dépenses militaires équivalentes à ceux de tous les autres Etats de la planète réunis, et qui plus est en hausse constante, où le chômage dépasse les 10% et des milliers de familles font l’objet d’une saisie. Cette mesure a provoqué l’ire de la Chine et du Brésil, mais aussi de l’Union Européenne, en particulier de l’Allemagne, qui n’ont pas manqué d’accuser les USA de «dumping monétaire». Luiz Inácio Lula da Silva, président sortant du Brésil, a déclaré : « Si les pays les plus riches ne consomment pas et que tous veuillent favoriser leur économie à partir des exportations, le monde fera faillite parce que plus personne n’achètera. Tout le monde veut vendre… »

De leur côté, les USA ont tenté de forcer la Chine, qu’ils accusent de se livrer à une concurrence monétaire déloyale en sous-évaluant le yuan, de réévaluer. Sans surprise ils ont reçu une fin de non-recevoir de la Chine, qui refuse toute ingérence extérieure dans sa politique ; ce d’autant que le yuan a déjà été réévalué depuis 2005 de 8,28 pour un dollar à moins de 6,70 aujourd’hui et qu’une dévaluation brutale aurait pour conséquence la faillite de nombreuses entreprises chinoises avec des conséquences économiques et sociales catastrophiques. Dans ces conditions pas étonnant que le G 20 ne débouche sur pas grand-chose. Hu Jintao, président de la République populaire de Chine, a déclaré : « La relance n’est pas solide et les déficits causent une grande incertitude. […] La situation de l’emploi dans les pays développés est sombre et les marchés émergents font face à des pressions inflationnistes et à des bulles des cours des actifs. » Quant aux mesures sur lesquelles les 20 ont réussi à s’entendre, elles constituent plus qu’autre chose une fuite en avant, le renforcement des politiques néolibérales qui ont précipité l’économie mondiale dans la crise : droit de veto des USA préservé pour la réforme du FMI, non remise en cause de la suprématie du dollar, aboutissement du Cycle de Doha et libéralisation des échanges.

Pendant que les leaders des grandes puissances capitalistes montraient une totale incapacité de faire face à la situation, plus généralement le non-sens des solutions capitaliste face à la crise du capitalisme, près de 40'000 travailleurs étaient rassemblés à Séoul pour manifester contre le G 20 à l’appel des syndicats sud-coréens. Ils manifestaient contre les décideurs du G 20 qui n’ont d’autre solutions à la crise que de la faire payer aux travailleurs par le démantèlement de leurs droits et de l’Etat social, , la baisse de leurs salaires, ainsi que pour dénoncer l’illégitimité fondamentale du G 20, ce club de quelques grandes puissances qui décide au nom de tous sans même consulter les 162 autres pays du monde. Face à la manifestation pacifique des travailleurs l’Etat sud-coréen a déployé plus de 70'000 policiers qui ont dispersé la foule à coup de lacrymogènes et de matraques. C’est que la Corée du Sud reste un pays où la dictature patronale n’est pas même dissimulée, où le droit d’association et de négociation collective ne sont pas garantit et où l’Etat réprime les syndicats dans le privé, mais aussi dans le public.

La crise est finie, qu’ils disent !

Vous en souvient-il ? Il n’y a pas si longtemps, tous les «experts» néolibéraux et les journalistes bourgeois louaient l’Irlande, ce «tigre celtique» à la croissance dynamique, aux banques compétitives…Il y a moins longtemps encore, les mêmes «experts» et journalistes affirmaient sur un ton péremptoire que la crise, qu’ils avaient pourtant sur un ton tout aussi péremptoire prétendu impossible avant qu’elle n’éclate, serait finie, que l’économie mondiale serait en pleine reprise lente mais inéluctable, que la crise financière ne serait pas prête à se reproduire…

Or le Temps dévoile ce mercredi 17 septembre d’une manière on ne peut plus explicite la triste réalité au sujet du «tigre celtique» et de la soi-disant «reprise». Il apparaît que la croissance irlandaise d’avant la crise n’était fondée que sur la spéculation à outrance et la bulle immobilière …croissance purement artificielle donc et mise en échec aujourd’hui : les banques irlandaises ne valent plus que 2% de leur valeur de 2007 ! De plus l’Etat irlandais, qui s’est endetté à hauteur de 32% du PIB, non pour financer les prestations sociales mais pour soutenir ses banques par des crédits bon-marché (c’est le Temps qui le dit !), bien qu’il est encore de l’argent pour six mois, n’est plus solvable.

Bien que l’Irlande ne l’ait pas officiellement demandé, la Commission européenne prépare d’urgence un plan de sauvetage pour les banques irlandaises, sans avancer de chiffres pour l’instant (mais qui seront sans doute conséquent…le sauvetage des banquiers pourrait coûter 70 milliards d’euros, soit deux années complètes de rentrées fiscales de l’Irlande), car la zone euro est menacée de contagion, si bien qu’Angela Merkel ait jugé utile de parler de sa «survie» ! Voilà au moins qui montre ce que vaut la soi-disant «reprise»…

14 novembre 2010

«Vive la grande révolution socialiste d’Octobre !»




Ils étaient plus de 50'000 membres et sympathisants du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF) rassemblés à Moscou le dimanche 7 novembre dernier à célébrer le 93ème anniversaire de la Révolution d’Octobre, si nombreux que même la gigantesque place Théâtralnaya où se déroulait le meeting ne fut pas assez grande pour tous les contenir. Car tous les discours démagogiques des pseudo-intellectuels apologétiques du capitalisme qui ne voient dans l’engagement communiste dans les anciens pays socialistes qu’une simple «nostalgie» de la vielle génération, malgré toute la propagande mensongère des médias à la solde du nouveau régime oligarchique du Kremlin ne peuvent rien y changer : le drapeau rouge de la révolution d’Octobre garde toute sa raison d’être pour les travailleurs du pays où pour la première fois il s’est levé, la Russie. La KPRF, qui revendique fièrement son héritage soviétique, est aujourd’hui le deuxième parti du pays et un parti de masse comptant plus de 150'000 membres, qui plus est un parti de masse en pleine expansion qui a enregistré plus de 25'000 adhésions cette année, surtout parmi la jeune génération. Un parti de masse dont la crédibilité vient de sa capacité à organiser la résistance populaire contre la politique antisociale et désastreuse pour le peuple et le pays du pouvoir mafieux en place et dont les résultats électoraux sont en hausse. Ainsi le KPRF a pris récemment plusieurs villes aux dernières élections régionales et le pouvoir n’a pu lui accorder, malgré des fraudes électorales massives, moins que des scores approchant les 20%, pas plus qu’à cacher le discrédit de «Russie Unie», le parti au pouvoir.


Dans son programme, le KPRF définit ainsi sa raison d’être : «le Parti communiste de la Fédération de Russie a mené une lutte sans compromis contre la restauration du capitalisme, la destruction de l’URSS et l’anéantissement du pouvoir soviétique. Le KPRF agit comme étant la seule organisation politique défendant toujours les droits des travailleurs salariés ainsi que les intérêts de la nation et de l’Etat. Le but stratégique du parti est la construction en Russie d’un socialisme rénové, d’un socialisme du XXI siècle. » Le KPRF considère que «malgré un écart temporaire de la voie révolutionnaire, l’époque contemporaine correspond à un passage du capitalisme au socialisme.» Dans la résolution concernant la préparation de la célébration du 93ème anniversaire de la révolution d’Octobre, le Comité central du KPRF déclare : «La victoire de la grande révolution socialiste d’Octobre signifiait l’établissement du pouvoir des travailleurs sur une très grande partie de la planète. Elle a permis la création d’un pays des soviets uni, indépendant et multinational. L’inégalité de classe et d’ordre restait dans le passé. Furent atteintes une alphabétisation universelle, le plein emploi et une protection sociale garantie. Le pouvoir populaire visait à rendre l’enfance heureuse et la vieillesse digne et justifiée.» Malgré tout, la première expérience de socialisme possédait des tares dues à la nécessité de devoir survivre dans des conditions très dures et de résoudre de nombreuses difficultés léguées par le capitalisme : à la longue, ces tares, que le KPRF analyse en détail dans son programme, menèrent à la coupure d’entre le sommet du PCUS et les masses, et permirent à des éléments carriéristes et opportunistes d’en prendre le contrôle et de liquider le socialisme.

C’est en substance la même chose que dit Alexandre Loukachenko, président de la Biélorussie, le seul pays d’Europe à posséder un régime authentiquement progressiste, dans son message à ses concitoyens pour le 7 novembre : «Le 7 novembre 1917, nos grands-pères et nos arrière-grands-pères firent le premier pas sur le chemin d’une société socialement juste, réalisé le droit des nations à l’autodétermination et posé les fondations de la construction de l’Etat biélorusse.» Quant au camarade Ziouganov, président du Comité central du KPRF, il conclut ainsi son allocution pour le 93ème anniversaire de la révolution d’octobre : « Au XXème siècle, notre Parti a relevé trois fois notre pays de situations extrêmement délicates. Et au XXIème siècle, les communistes, avec les forces populaires patriotiques, sous la bannière de la grande révolution d'Octobre et de la grande Victoire assureront son rétablissement à l'avenir! Notre cause est juste, à nous la victoire! »

07 novembre 2010

Hommage de la gauche à Nestor Kirchner

Nestor et Cristina Kirchner en 2007



Mercredi 27 septembre est décédé après deux arrêts cardiaques Nestor Kirchner, président de l’Argentine entre 2003 et 2007, et époux de l’actuelle présidente Cristina Fernandez. Membre de l’aile gauche du Parti justicialiste, il restera dans les mémoires comme celui qui a rétabli l’Argentine saignée par la politique néolibérale de son prédécesseur Carlos Menem, sous les dictats du FMI et des USA. Pendant son mandat présidentiel, Nestor Kirchner a mené politique sociale et économique progressiste, ainsi qu’une politique d’indépendance nationale, secouant le joug des Etats-Unis. Des dizaines de milliers d’Argentins sont déjà venus lui rendre un dernier hommage pendant la veillée funèbre, et plusieurs présidents d’Amérique latine ont été présents aux obsèques.

Patricio Etchegarray, secrétaire général du PC d’Argentine, a tenu à rendre un dernier hommage à l’ancien président : « Dans le cadre des processus de transformations qui se déroulent actuellement en Amérique Latine, les mesures prises par l'ancien président en faveur des couches populaires, de l'intégration latino-américaine, du respect des Droits de l'Homme et du retour du débat politique sont partie constituante de l'héritage avec lequel compte aujourd'hui la société argentine pour continuer à avancer sur le chemin de la justice et de l'inclusion sociale. »

Rafael Correa, président de l’Equateur a dit quant à lui : "Kirchner était un ami intime et un camarade dans la lutte pour la souveraineté et la justice sur notre continent. Il s'agit de la mort d'un être cher, mais aussi de l'homme politique le plus important de la nouvelle génération Argentine.

C'est la mort d'un des plus grands dirigeants de la reconstruction et de l'espérance de l'Amérique Latine, de la nouvelle Argentine qui a été capable de serrer dans ses bras ses frères latino-américains, à renforcer le drapeau de la dignité, de l'équité et de l'intégration. »

Les Républicains prennent leur revanche sur Obama



Résultats pour la Chambre des représentants


Il n’y a pas même deux ans, de l’Europe aux Etats-Unis, de la droite classique à la gauche, voire même jusqu’à certaines fractions de la gauche radicale, le monde était comme absorbé par un délire collectif, une adoration acritique, irrationnelle et quasi-religieuse de Barack Obama. Aujourd’hui on en est loin, très loin. Le président Obama a bel et bien perdu l’auréole qu’avait le candidat démocrate…et perdu les élections de mi-mandat par la même occasion. Dimanche 30 octobre, les étatsuniens avaient voté pour réélire la totalité de la Chambre des représentants, la chambre basse du Congrès, une partie du Sénat, la chambre haute, et plusieurs gouverneurs des Etats fédéraux. Les résultats provisoires sont tombés : le Parti Républicain gagne largement la majorité à la chambre basse, quoique pas suffisamment pour contrer un veto présidentiel, ainsi que plusieurs sièges de gouverneurs ; par contre les démocrates conservent une courte majorité au Sénat.

Ce vote témoigne avant tout de la désillusion du peuple américain envers le président Obama. En effet, ce dernier, à grand coups de communication politique, de beaux discours vides et de slogans creux avait réussi durant l’espace d’une campagne à incarner un espoir de changement, quoique plus que nébuleux. C’est qu’Obama fut le candidat de Wall Street, et s’il a pu sembler incarner les espérances populaires, ce n’était que sur un mode illusoire. Une fois au pouvoir, Obama ne pouvait que décevoir. Le changement promis devais nécessairement se révéler ce qu’il était : du vent, une posture rhétorique, une rupture illusoire avec le bushisme, et qui tenait plus du dévoiement politicien d’un mouvement de protestation réel que d’une rupture véritable.

La nouvelle administration démocrate ne put que révéler ce qu’elle ne pouvait qu’être : un gouvernement bourgeois au service du grand capital impérialiste, et comme telle quant au fond dans la continuité de l’administration Bush. La politique étrangère des USA resta quant à l’essentiel la même. Sur le plan intérieur, l’administration Obama sauva les banques à coups de milliards et négocia un plan de relance avec Wall Street, qui sans doute relança la croissance, mais sans création d’emploi, tel que seuls les milieux financiers en profitent alors que le taux de chômage atteint les 10%. La réforme du système de santé fut sans doute un progrès indéniable, mais toutefois plus que limité. Aucune assurance publique, aussi modeste soit elle, ne fut créée, et si l’assurance privée est devenue obligatoire et subventionnée pour les bas revenus, elle n’est pas soumise à un catalogue de prestations obligatoires et restera plus que minimale. Enfin une réforme financière fut mise en place, mais à part quelques règles très limitées pour éviter une nouvelle crise à court terme, elle n’introduit aucune régulation à même de freiner la spéculation sans limites.

Face à ce bilan décevant, en l’absence d’une opposition de gauche significative, et étant donnée l’inféodation des syndicats au Parti démocrate, les républicains on réussi à canaliser le mécontentement populaire et à se faire passer, par des procédés largement démagogiques, pour une force d’opposition populaire et démocratique au prétendu «centralisme socialiste» d’Obama. Usant et abusant de la pire démagogie d’extrême-droite, le Parti républicain a glissé plus à droite encore qu’il ne l’était déjà sous George W. Bush. Ce glissement à l’extrême-droite fut nettement renforcé par l’émergence du Tea Party, une mouvance à l’ultra-droite du Parti républicain organisé autour de l’ex colistière de John McCain, Sarah Palin. Si le Tea Party reste à ce jour un mouvement hétéroclite, il a réussi à s’imposer comme une force politique réelle, à la fois à l’intérieur du Parti républicain et autonome face à lui, et qui peut désormais dicter son agenda réactionnaire, se faisant passer pour un mouvement de révolte populaire et dévoyant le mécontentement des masses vers un projet rétrograde et profondément antipopulaire : réduction du poids de l’Etat fédéral «surdimensionné», suppression de toutes les prestations sociales et de tous les services publics, idéalisation d’un passé mythifié, démagogie raciste haineuse, conservatisme sociétal poussé à l’extrême, xénophobie, islamophobie, etc.

La cohabitation entre une administration et un Sénat démocrate et une Chambre des représentants républicaine, avec sur sa droite le Tea Party, s’annonce difficile et les néoconservateurs ont actuellement l’avantage. Toutefois, Sam Webb, président du Parti communiste des USA (CPUSA) pense que la domination de l’ultra-droite sera de courte durée. Dans l’article rédigé par lui pour People’s world, le journal du CPUSA, sur les résultats des élections il affirme : «Les républicains vont se prélasser dans l’éclat de leur victoire pendant un moment, mais ne soyez pas surpris quand beaucoup de gens qui ont voté pour eux seront désillusionnés par leur politique. Et sur cette base émergera une coalition populaire plus grande et plus forte que celle qui a élu Obama en 2008.» Sans doute, à condition de reposer sur un projet politique autrement consistant qu'un vide "Yes we can".

28 octobre 2010

De la pédagogie blocherienne

Réunie en Congrès public à Liestal ce samedi 23 octobre, l’UDC adopta un document stratégique sur la politique de la formation, répétitif à outrance et verbeux de 159 pages, avec pour litanie le sarkozien «en finir avec mai 68» afin – on pouvait s’y attendre – de retourner à l’école telle qu’elle était il y a quarante ans.

Malgré sa forme apparemment modérée et objective, ce document véhicule l’idéologie udéciste dans ce qu’elle a de plus rétrograde. L’école aujourd’hui serait apparemment sinistrée du fait de trop grand nombre de réformes depuis une vingtaine d’années du fait de la confiscation du pouvoir par une véritable caste de théoriciens soixante-huitards imbus d’idéologie anti-autoritaire abstraite et détachée de la pratique, et qui imposeraient leurs solutions charlatanesque et pseudo-scientifiques aux responsables politiques. Dans cette idéologie anti-autoritaire serait la source de tous les maux, n’allez surtout pas chercher de raisons sociales…

Cette théorie du complot gauchisto-pédagogiste se complète logiquement de solutions non moins douteuses, prétendument scientifiques et surtout étroitement idéologiques que celles que l’UDC attribue à ses adversaires. Face aux valeurs progressistes, le parti blocherien voudrait édifier l’école sur l’idéologie méritocratique de la «performance» et de la «concurrence», orientée totalement vers les besoins du marché de l’emploi, doublée d’une doctrine conservatrice de «racines chrétiennes de la Suisse». Comme mesures pseudo-scientifiques citons le retour au maître de classe généraliste en lieu et place des professeurs spécialisés par branche au secondaire, et la réduction du personnel féminin (sic !) en primaire (l’école actuelle désavantagerait les garçons il paraît…). Sans doute que certaines doctrines issues de la nouvelle pédagogie et leur application méritent une critique sur une base marxiste, mais ce n’est certainement pas dans les élucubrations rétrogrades de l’UDC que l’on trouvera ne serait-ce qu’une once de solution positive.

14 octobre 2010

Criminalisation des syndicats en Guadeloupe !


Au royaume de Sarkozie, la démocratie bourgeoise de façade s’effrite de plus en plus pour faire apparaître au grand jour la véritable nature de tout régime capitaliste, celle d’une impitoyable dictature de classe, et ce d’autant plus dans les dernières colonies de la France, par euphémisme appelées Domaines d’Outre-mer. Il y a deux ans de cela, en janvier et février 2009 sur l’île de Guadeloupe dans les Antilles, une grève générale de 44 jours conduite par le vaste mouvement populaire et syndical LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon, Unis contre l’exploitation à outrance en créole guadeloupéen), composé d’une cinqantaine d’organisations syndicales, politiques et sociales (dont le Parti communiste de Guadeloupe) et dirigé par le secrétaire générale du principal syndicat de l’île, l’Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe (UGTG), Elie Domota, a réussi à faire plier l’Etat français et l’arrogant patronat local, les pwofitan.

Le LKP a ainsi pu obtenir un accord avantageux pour le peuple guadeloupéen, écrasé par des prix abusifs sur les produits de base, comme l’alimentation et l’essence, qui sont pratiquement tous importés de métropole selon la volonté de quelques entreprises monopolistes, qui empêchent le développement d’une production locale et peuvent ainsi s’enrichir à outrance, selon un procédé hérité de l’ère coloniale ; écrasé par un chômage de masse qui dépasse les 59% chez les 18-25 ans, et par la surexploitation pratiquée par le patronat local. Face à cette situation, le LKP a réussi à imposer à l’Etat et au patronat une augmentation mensuelle des salaires de 200 €, une limitation des prix pour les produits de base, des instruments de contrôle pour cette limitation des prix, un gel des loyers, des mesures à mêmes de contribuer au développement de la production locale au détriment des groupes métropolitains, et beaucoup d’autres choses qui correspondent aux intérêts des travailleurs guadeloupéens.

Or, ni les pwofitan ni l’Etat n’avaient et n’ont pas l’intention d’applique un accord qu’ils n’avaient jamais voulu signer. Après la temporisation, les violations directes se sont faites de plus en plus massives…le prix de l’essence a été augmenté trois fois pour une baisse minime, les prix des articles courants et de l’électricité ont continué leur flambée, la hausse des salaires a été à géométrie plus que variable, les impôts ont été augmentés sous plusieurs formes, l’Etat a continué à faire des économies scandaleuses sur l’éducation et la santé…tout en donnant 175 millions d’euros aux compagnies pétrolières Total et la SARA pour compenser leurs soi-disant pertes. Pour lutter contre ces violations massives des accords de mars 2009, ainsi que contre la réforme des retraites que combattent tous les travailleurs de France, le LKP a lancé un appel à la grève générale pour ce 26 octobre, appel relayé aussi en Martinique et en Guyane.

Sauf que l’Etat sarkoziste, montrant par là sans ambigüités sa nature de dictature de la classe bourgeoise, entreprit de faire ce qu’il n’avait pas réussi au moment de la grève générale de 2009 : criminaliser la lutte syndicale. Dans l’indifférence totale des élites politiques et de la presse métropolitaine, l’administration française imposa aux responsables syndicaux dans les Antilles et en Corse des prélèvements d’ADN en vue de leur fichage, les traitant ainsi ouvertement en criminels. En effet, il n’y a pas si longtemps, le prélèvement d’ADN était réservé aux crimes graves…avec la dérive autoritaire du gouvernement Sarkozy, le fichage officiel concerne désormais près de 2% de la population française. Or il est tout à fait inacceptable de traiter la lutte syndicale comme une activité criminelle, aussi les responsables syndicaux refusèrent-ils de se soumettre à ce scandaleux fichage…suite à quoi l’Etat les poursuivit en justice, avec à la clé des peines d’un mois de prison ferme et de lourdes amendes. Actuellement, les procès sont en cours d’instruction et les syndicats concernés s’organisent pour défendre leurs membres et s’opposer à cette politique de criminalisation de la lutte de classe, des appels ont été lancés à toute la communauté progressiste et démocratique de France. Le régime sarkoziste n’en est pas à son coup d’essai en matière de négation des droits démocratiques et de dérive répressive et autoritaire, et il vire de plus en plus en dictature policière ouverte au service de la bourgeoisie, qui espère mater par la force les masses populaires qui se dressent de plus en plus contre sa tyrannie. Mais ni le fichage, ni les matraques, ni les balles ne permettront à la bourgeoisie de briser la volonté du peuple. Son régime injuste et arbitraire est condamné de par ses propres contradictions, et toutes les mesures répressives qu’elle prend ne peuvent au mieux qu’en retarder l’inévitable chute.

09 octobre 2010

A contre-courant, la Bolivie abaisse l'âge de la retraite


Evo Morales, président de la Bolivie


Aujourd’hui un peu partout en Europe les gouvernements de droite et de «gauche», selon les recommandations du FMI, se donnent pour but d’augmenter l’âge de départ à la retraite : en France les travailleurs sont actuellement en lutte contre une réforme qui ne donnerait plus droit à la retraite à taux plein qu’à 67 ans, les travailleurs grecs sont en lutte contre une réforme similaire décidée par le gouvernement «socialiste», en Allemagne l’âge de départ de la retraite a été relevé à 67 ans… En Suisse, la 11ème révision de l’AVS, heureusement enterrée, prévoyait d’augmenter l’âge de départ à la retraite pour les femmes à 65 ans, et le projet couchepinesque de la retraite à 67 ans n’est que provisoirement mis entre parenthèses par la droite.


Selon la droite, ce relèvement serait inévitable étant donnée l’augmentation de l’espérance de vie. Or ce démantèlement social n’est en rien inévitable et il est possible de faire tout le contraire lorsque le gouvernement défend les intérêts des peuples et non ceux de quelques multinationales ! Et la Bolivie le prouve ! En mai dernier, le gouvernement d’Evo Morales décidait, en concertation avec le principal syndicat du pays, la Centrale ouvrière bolivienne (COB), une réforme des retraites. Non pas pour les démanteler comme dans les pays européens, mais au contraire pour abaisser l’âge de départ à la retraite. Selon les chiffres fournis par le Courrier du 15 mai 2010, l’âge de départ à la retraite est abaissé de 65 à 58 ans pour tous, à 56 ans pour les mineurs et à 51 ans pour les mineurs de fond. Il sera possible de toucher une rente pleine après 30 ans de cotisations, contre 35 actuellement. La rente sera calculée sur les 70% des 24 derniers mois de travail (contre 60 aujourd’hui). Un fonds de solidarité permettra à tous les retraités de toucher la rente minimale de 2'400 bolivianos annuels (380 francs). Le temps de cotisation minimal pour pouvoir toucher une rente passera à 10 ans, contre 15 aujourd’hui. Pour financer cette réforme, le gouvernement a fixé une hausse des cotisations de 3% pour la part patronale et de 0,5% pour les salariés.

Ce progrès social n’aurait pas été possible sans la majorité parlementaire détenue par le MAS (Movimiento al Socialismo), le parti du président Morales, un parti socialiste, réellement socialiste et non pas au sens de la social-démocratie européenne, et qui mène une politique de rétablissement et d’extension des droits sociaux, réduits à néant par des années de néolibéralisme, et de nationalisations. Il n’aurait pas non plus été possible sans l’action résolue du COB, un syndicat de lutte et non de «dialogue social», qui mène le combat pour la hausse des salaires et le progrès social, malgré les tentatives de déstabilisation de l’oligarchie. Sans doute que la Bolivie n’est pas la Suisse, ainsi l’espérance de vie n’y est que de 65,84 ans. Mais dans tout les cas l’exemple bolivien prouve que le démantèlement social et la tyrannie patronale ne sont pas une fatalité, et que par une lutte sans concessions le peuple peut non seulement défendre ses droits acquis, mais aussi se construire un autre avenir !

23 septembre 2010

Grève victorieuse : plus de 100 emplois sauvés à EP Electricité !

Lorsque les travailleurs font preuve d’une unité sans faille pour la lutte, ils peuvent remporter la victoire, en Suisse comme ailleurs. Le mercredi 22 septembre, le syndicat UNIA conviait justement une conférence de presse pour fêter une telle victoire : grâce à leur détermination exemplaire et leur solidarité sans failles, les travailleurs d’EP Electricité SA, ont réussi, avec le soutient du syndicat UNIA, à faire plier une multinationale et à sauver plus de 100 emplois, repartis entre Genève, Lausanne et Neuchâtel. Une lutte qui mérite de servir d’exemple en cette période de réaction patronale !

Le 1er juillet dernier, l’entreprise EP Electricité SA, propriété de la multinationale française GDF-SUEZ depuis 2005, annonçait à ses employés qu’elle allait procéder à une cessation d’activité, et donc à un licenciement collectif échelonné sur plusieurs mois. Et ce alors même que EP Electricité avait déjà fait l’objet d’une restructuration avec une trentaine de licenciements à la clé en janvier 2009. Cette cessation d’activité était motivée par la «mauvaise situation financière» de l’entreprise, soit dans le seul but d’accroître encore les profits d’GDF-SUEZ. L’employeur prétendait que les licenciements seraient inévitables et proposait donc de négocier un plan social.

Réunis en assemblée générale le jour même de l’annonce à l’initiative du secrétaire syndical d’UNIA Nuno Dias, les salariés d’EP votèrent une résolution affirmant qu’ils n’accepteraient pas leur licenciement, exigeant que l’employeur fasse toutes les démarches nécessaires pour trouver un repreneur à la société qu’ils estimaient tout à fait viable, et réclamant le droit de consulter les comptes de l’entreprise depuis 2005 (elle avait très bien fonctionné auparavant). Une délégation du personnel, composée de 18 personnes, et qui participa à toutes les négociations, fut élue par la même occasion.

Face à l’insistance des travailleurs, qui ont réaffirmé leur position à l’occasion d’une nouvelle assemblée générale le 9 juillet et se sont dit prêts à lutter avec tous les moyens qui seront nécessaires afin de maintenir leurs emplois, l’employeur, qui initialement aurait voulu se contenter de licencier, dut accepter de négocier. Il affirma donc qu’il avait trouvé un repreneur dont il n’a pas voulu préciser l’identité, mais qu’étant donné qu’un contrat de vente-reprise ne pourrait être signé avant la mi-septembre, il était malgré tout nécessaire de mener rapidement en parallèle des négociations sur un plan social. Les employés acceptèrent, et UNIA élabora une brochure de revendications pour un plan social favorable aux travailleurs. L’employeur balaya ces revendications en bloc, voulant imposer un plan social beaucoup plus modeste et gardant un flou total sur le mystérieux repreneur et le maintien ou non des emplois.

Aussi les travailleurs décidèrent-ils de faire, pas tout à fait grève, mais du moins une cessation du travail durant l’espace d’une journée. Normalement lorsqu’il est question de cessation d’activité l’arrêt de travail a peu d’efficacité. Mais cette fois les employés d’EP surent bien choisir leur cible : le chantier le plus prestigieux de l’entreprise, le seul dont la cessation pouvait lui porter un coup dur, celui du World Economical Forum de Davos. Cette cessation de travail eut donc lieu, mais ne fut pas rendue publique afin de ne pas faire échouer les négociations sur la reprise de l’entreprise. Et l’impact de cette journée d’arrêt de travail fut immédiat. « Ça a été quand même un moment décisif car ils ont vu qu’on ne plaisantait pas. Ça a bien fonctionné, car tous ont joué le jeu bien qu’on leur ait proposé des primes de départ» explique Silvio Primiceri, membre de la délégation du personnel.

Et effectivement, EP réagit immédiatement et annonça la reprise par la coopérative CIEL, fondée en 1947, et où UNIA a des parts. Tous les postes ont été maintenus aux mêmes conditions sociales. Dans la coopérative qu’est CIEL, un représentant des travailleurs est élu au Conseil d’administration, et les employés possèdent donc un droit de cogestion. De plus, les travailleurs ont réussi à imposer un plan social généreux (retraites anticipées, indemnités de licenciement équivalentes à deux mois de salaires, indemnités de 2000 francs par année d’ancienneté, doublement du délai de congé, etc.), applicable jusqu’à la fin 2011 au cas où des licenciements devraient intervenir. GDF SUEZ assume ainsi les risques pouvant éventuellement découler de cette reprise.

Que des emplois qu’une multinationale voulait supprimer soient sauvés grâce à la lutte et repris par une coopérative est en soi exceptionnel. Cette victoire n’aurait jamais été possible sans la détermination, la solidarité et l’unité sans faille des travailleurs. «L’unité des travailleurs jusqu’au bout mérite d’être mise en avant. L’employeur a essayé de diviser, mais ça n’a pas marché, les travailleurs sont toujours restés unis et le syndicat UNIA a toujours tenu le même discours : il faut sauver les emplois. Et ce alors qu’une partie des employés auraient pu renoncer à lutter, comme ça arrive souvent, et accepter de négocier un plan social, ce d’autant que le secteur de l’électricité ne connaît pas de chômage massif et qu’ils auraient pu assez facilement retrouver un travail » explique Nuno Dias. A notre époque de réaction sur toute la ligne, cette lutte victorieuse prouve que lorsque les travailleurs sont unis jusqu'au bout la victoire est possible. Elle mérite de servir d’exemple à tous les travailleurs dans leur lutte contre l’oppression capitaliste.

27 août 2010

NON au démantèlement de l'assurance-chômage!





Tract du PdT pour les votations nationales du 26.09.10, rédigé par mes soins
Le 26 septembre, non au démantèlement de la LACI !Le 16 mars 2010, l’Assemblée fédérale votait la 4ème révision de la LACI (loi sur l’assurance chômage et insolvabilité), un texte d’inspiration violemment patronale et antisociale. Cette révision constitue une baisse des prestations aussi énorme que scandaleuse, avec quasiment aucune contrepartie. Cette révision est surtout une attaque frontale contre les jeunes travailleurs, dont elle réduit les droits d’une façon aussi injuste qu’arbitraire. Aussi un front de résistance s’est-il rapidement constitué contre cette régression sociale, rassemblant les partis politiques de gauche, les syndicats et les associations progressistes. Le Parti Suisse du Travail s’est beaucoup impliqué dans cette lutte, tant dans le Comité national contre le démantèlement de la LACI que dans la rue. Sachant que les opposants à cette régression n’auront aucune peine à récolter les 50'000 signatures nécessaires pour le référendum, le Conseil fédéral a avant même le dépôt des signatures fixé la date de la votation à ce 26 septembre 2010 pour réduire la durée de la campagne pour les opposants, qui effectivement on récolté plus de 150'000 signatures, et pour que les étudiants, qui sont parmi les principales victimes de la révisions, votent tout de suite dès le début des cours, sans que les syndicats étudiants aient pu faire campagne. Le 26 septembre, un NON s’impose face à cette inacceptable régression sociale !

Le démantèlement en chiffres

 Pour continuer de toucher 400 jours d’indemnités, il faudra avoir cotisé 18 mois, contre 12 aujourd’hui. 12 mois de cotisations ne donneront plus le droit qu’à 260 jours d’indemnités.

 Ceux qui n’auront pas pu cotiser suffisamment (interruption de carrière, maladie, sortie de formation,…) n’auront plus le droit qu’à 90 jours d’indemnités.

 Les jeunes de moins de 25 ans n’auront plus le droit qu’à 200 jours d’indemnités contre 400 aujourd’hui, tout à fait arbitrairement, pour le seul tort d’avoir moins de 25 ans. Les étudiants en fin de formation n’auront plus le droit qu’à 90 jours d’indemnisations, contre 260 aujourd’hui.

 Les jeunes de moins de 30 ans seront contraints d’accepter un travail sans aucun rapport avec leur formation, de fait n’importe quel travail et à n’importe quel salaire.

 Les assurés de plus de 55 ans devront avoir cotisé 24 mois au lieu de 18 aujourd’hui pour continuer à pouvoir toucher 520 indemnités (ou 640 dès 61 an)

 Le délai d’attente sans indemnisation passera de 5 jours aujourd’hui à 10, 15 ou 20 selon le revenu.

 Les cantons connaissant un fort taux de chômage ne pourront plus demander 120 jours d’indemnités supplémentaires (comme c’est le cas à Genève aujourd’hui).

 Les revenus de programmes d’emplois publics ne seront plus considérés comme périodes de cotisation.

 Les cotisations seront augmentées de 2% aujourd’hui à 2,2%, ou à 2,5% si la révision est refusée par le peuple.

 1% de solidarité sera prélevé temporairement sur les hauts salaires entre 126'000,- et 315'000,-. Actuellement, pour le calcul des cotisations, les salaires sont plafonnés à 126'000,- ce qui signifie que ceux qui gagnent plus que cette somme ne payent la cotisation de 2% que sur cette part de 126'000,-, le reste du salaire n’étant simplement pas compté, et ceux aussi riches soient-ils. Avec la révision, les hauts-revenus paieraient en plus 1% dit de solidarité sur la tranche de leur salaire entre 126'000,- et 315'000,-, soit toujours une part ridiculement faible de leur démesuré revenu.
Cette révision est inacceptable, les arguments de la droite ne sont que démagogie !
Après le camouflet reçu lorsque les trois quarts des électeurs suisses ont dit NON au vol des rentes du deuxième pilier, les organisations patronales et leurs représentants politiques que sont les partis de droite mettent toutes leurs forces dans la campagne pour essayer de faire passer le démantèlement de la LACI. Les politiciens bourgeois prétendent se soucier de la dette de l’assurance chômage, mais ils parlent beaucoup moins de l’origine de cette dette, dont ils sont entièrement responsables. En effet, en 2004 la majorité bourgeoise de l’Assemblée fédérale décidait de baisser les cotisations pour la LACI de 3% à 2%, soit disant parce que les dettes des années 90 avaient été épongées et que le taux de chômage n’augmenterait plus jamais. Aujourd’hui que le capitalisme entre dans une crise systémique, que le chômage augmente et ne va faire qu’augmenter et que donc l’assurance chômage devient plus indispensable que jamais pour les travailleurs laissés sans emploi, et en particulier pour les jeunes qui sont particulièrement touchés par le chômage. Mais la droite se refuse à augmenter les cotisations, arguant que le pouvoir d’achat de la population baisserait. Au lieu de cela elle préfère continuer son offensive de démantèlement social, qui est une véritable entreprise de guerre contre les travailleurs, contre la majorité de la population de ce pays ; elle démantèle une assurance indispensable pour tous, et s’attaque de façon tout à fait arbitraire et injuste de ce pays. L’argumentation de la droite qui en gros se résume à : « il est indispensable de réduire les prestations pour continuer à toucher des bonnes prestations (sic !), et de toute façon les chômeurs, et en particulier les jeunes, ne sont que des profiteurs qui n’ont qu’à chercher du travail au lieu de demander le chômage », n’est que démagogie sans nom. Le discours méritocratique comme quoi les jeunes qui sont motivés n’ont pas de peine à trouver un emploi est tout simplement contraire à la vérité, le chômage existe objectivement, et il est difficile de trouver un emploi, en particulier pour les jeunes sans grande expérience professionnelle, ainsi qu’après la cinquantaine.

Non seulement cette révision n’est pas nécessaire, mais elle n’est tout simplement pas justifiable. La Confédération n’a eu aucun problème pour offrir un cadeau de 60 milliards à l’UBS, elle n’a pas hésité une seconde pour sauver les profits des spéculateurs, les vrais et richissimes profiteurs de la finance, avec l’argent public. Ces calculs d’épiciers pour économiser sur le dos des chômeurs, de ceux qui sont mis à la rue, victimes de licenciements économiques, pour que les spéculateurs aidés sans contrepartie avec l’argent public s’enrichissent toujours plus est tout simplement révoltant. Or l’argent pour financer l’assurance chômage existe, il suffirait pour cela de déplafonner les salaires et de faire payer les riches sur la totalité de leur salaire et pas sur la seule tranche de 126'000, qui correspond à un salaire de représentant de la classe moyenne. La droite s’y refuse en prétendant que la cotisation pour la LACI deviendrait alors un impôt déguisé. Mais en quoi cela serait-il injuste ? Car la véritable injustice, proprement scandaleuse, n’est-elle pas dans le privilège quasi-féodal accordé aux multimillionnaires de ne payer qu’une infime part de leur immense salaire, proportionnellement bien moindre que ceux qui gagnent beaucoup moins qu’eux, ce qui au fond constitue un impôt dégressif ? Ce serait tout de même le minimum, que tout le monde cotise, si ce n’est à taux progressif, du moins au même taux !

Enfin, si les politiciens de droite peuvent tenter de faire croire que ce qui les préoccupe est la dette de l’assurance-chômage, il est clair que les associations patronales ne sont pas du tout intéressées par le bien commun, leur seule préoccupation étant le profit de leurs membres. Si elles s’engagent tant dans la campagne pour la 4ème révision de la LACI, c’est parce que le démantèlement de cette assurance sociale sert leurs intérêts, aux détriments des intérêts des travailleurs : il permettra d’accroître la concurrence entre travailleurs, pour finalement baisser les salaires pour tous. En effet, bénéficier d’une assurance-chômage de qualité rend l’armée de réserve du capital que sont les chômeurs moins démunis et vulnérables face au patronat, moins contraints d’accepter n’importe quel emploi avec n’importe quel salaire pour survivre. Ainsi, l’assurance-chômage permet aux travailleurs de s’organiser plus facilement afin de lutter pour leurs droits et ainsi améliorer leurs conditions de vie. La droite à la solde du patronat veut justement démanteler cette précieuse assurance afin de rendre les travailleurs plus vulnérables face au capital, dans le but de baisser les salaires et détériorer les conditions de travail pour augmenter encore les profits d’une toute petite élite. L’obligation, tout à fait arbitraire, pour les jeunes de moins de trente ans d’accepter n’importe quel emploi à n’importe quel salaire vise à les mettre en concurrence avec les travailleurs plus âgés, afin de baisser les salaires pour tous.

Pour toutes ces raisons, le Parti du Travail vous appelle à voter NON à la 4ème révision de la LACI !

22 août 2010

Les aveux du traître Gorbatchev

Le traître, perdant le peu de dignité de secrétaire-général
qui lui reste, fait de la pub pour Louis Vuitton




Le journal Russie soviétique, revue théorique du Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF) a dernièrement publié sur demande de ses lecteurs une déclaration faite par Mikhaïl Gorbatchev en 1999, où, à l'occasion d'un discours (publié par le journal USVIT ("Aube"), n° 24, 1999, Slovakie) il avoue avec cynisme sa trahison envers le peuple d'Union soviétique et le socialisme. Voici une traduction par mes soins de cette déclaration, indispensable pour lever toutes les illusions qui subsistent encore chez certains sur la Perestroïka et le rôle de Gorbatchev et de sa clique, que l'on imagine encore parfois à tort comme une tentative de "démocratisation du socialisme". Sur cette lecture erronée des événements s'appuient tous les révisionnistes pour fonder leur théorie pseudo-historique sur le "système soviétique totalitaire, sclérosé et irréformable", pour justifier leur rejet du socialisme réel et leur reniement opportuniste du marxisme-léninisme pour la social-démocratie, comme par exemple Lucien Sève:"dans ce drame final qu'il a si inventivement tenté de conjurer, Mikhaïl Gorbatchev aura joué le rôle ingrat entre tous du médecin appelé trop tard à prendre en charge un patient déjà perdu, mais que certains membres dans la famille n'en rendront pas moins à jamais responsable du décès" (Lucien Scève, Commencer par les fins, La nouvelle question du communisme, Paris, La Dispute, 1999) . Or cette récente déclaration de Gorbatchev montre la Péréstroïka pour ce qu'elle fut: loin d'être une tentative de sauvetage du socialisme en URSS, elle fut au contraire une entreprise de trahison et de destruction du socialisme et de l'Union soviétique, qui n'était de loin pas moribonde, par Gorbatchev et sa clique de traîtres. Evidemment ses excuses comme quoi ce serait Eltsine et pas lui, lui qui pourtant a ouvert la route à Eltsine, le responsable de la destruction de l'URSS, se passent de commentaires. Par contre, lorsque Gorbatchev se fait le chantre anticommunisme de l'impérialisme étatsunien contre la République Populaire de Chine, cela invite à se poser des questions et à jeter un autre regard sur ce grand pays que celui de la presse bourgeoise...Un jour, Gorbatchev remplacera Judas comme symbole de la trahison au superlatif!

"Le but de toute ma vie fut la destruction du communisme, insupportable dictature sur les hommes. Je fus entièrement soutenu par ma femme, qui en comprit la nécessité encore avant moi. C'est exactement dans ce but que j'ai utilisé ma position dans le Parti et dans le pays. C'est exactement dans ce but que ma femme m'a toujours poussé à occuper une position de plus en plus élevée dans le pays.

Quand j'ai personnellement connu l'Ouest, j'ai compris que je ne pouvais reculer devant le but fixé (Gorbatchev avoue à mots à peine voilés qu'il a agi au service de l'impérialisme, ndt). Et pour l'atteindre je devais remplacer toute la direction du PCUS et de l'URSS, ainsi que la direction de tous les pays socialistes (le rôle de Gorbatchev dans la liquidation des démocraties populaires d'Europe de l'Est fut bien de leur destruction active, et en aucun cas de leur rendre leur souveraineté nationale comme le prétend la propagande bourgeoise, ndt). Mon idéal en ce temps était la voie des pays sociaux-démocrates. L'économie planifiée ne permettait pas de réaliser le potentiel que possédaient les peuples du camps socialiste. Seule un passage à l'économie de marché pouvait donner à nos pays la possibilité de se développer de manière dynamique (elle est belle la réalisation aujourd'hui, entre la désindustrialisation et le chômage de masse, ndt). J'ai réussi à trouver des complices pour la réalisation de ces objectifs. Parmi eux occupent une place spéciale Alexandre Nikolaïevitch Iakovlev et Edouard Amvrossievitch Chevardnadze, dont les mérites dans notre entreprise commune sont tout simplement inestimables.

Le monde sans le communisme aura l'air meilleur. Après l'an 2000 commencera une époque de paix et d'abondance commune (mais bien sûr...ndt). Mais dans le monde subsiste encore une force qui bloquera notre mouvement vers la paix et la création. Je veux parler de la Chine (ce seraient pas les USA et l'UE l'obstacle à la paix des fois...ndt).

J'ai visité la Chine pendant les grandes manifestations étudiantes, lorsqu'il semblait que le communisme tomberait en Chine. J'avais l'intention de parler devant les manifestants sur cette énorme place, leur exprimer ma sympathie et mon soutient, et les convaincre de la nécessité de poursuivre leur combat, pour que la perestroïka commence dans leur pays (voilà qui sans peut-être justifier, du moins explique la répression ordonnée par Deng Xiaoping, ndt). La direction chinoise n'a pas soutenu le mouvement, a cruellement réprimé la manifesation...et a commi une immense erreur. Si la fin du communisme avait alors eu lieu en Chine, il serait plus facile pour le monde d'avancer sur la voie de la justice et de l'entente (cette leçon du docteur Gorby invite à jeter un autre oeil sur la Chine d'aujourd'hui, ndt).

J'avais l'intention de conserver l'URSS dans ses frontières d'alors, mais sous un nouveau nom, reflétant les modification démocratiques ayant eu lieu. Je n'ai pas pu le faire: Eltsine recherchait ardemment le pouvoir sans se représenter ce que c'est qu'un Etat démocratique. C'est lui et lui seul qui détruisit l'URSS (mais oui, c'est toujours de la faute aux autres...ndt), ce qui amena le chaos politique et toutes les difficultés qui suivirent, que vivent aujourd'hui toutes les ex républiques soviétiques (et qui en aucun cas ne sont dues à la liquidation du socialisme...ndt). La Russie ne peut pas être une grande puissance sans l'Ukraine, le Kazakhstan, les républiques du Caucase. Mais elles ont déjà pris leur propre chemin, et leur réunion mécanique n'aurait aucun sens, puisqu'elle déboucherait sur un chaos constitutionnel. Les Etats indépendants ne peuvent s'unir que sur la base d'une idée commune, de l'économie de marché, de la démocratie, des droits égaux pour tous les peuples (bla bla bla...ndt).

Lorsque Eltsine détruisit l'URSS, j'ai quitté le Kremlin, et certains journalistes ont fait la supposition que j'aurais alors pleuré. Mais je n'ai pas pleuré puisque j'en ai fini avec le communisme en Europe. Mais il faut finir avec lui aussi en Asie, puisqu'il est le principal obstacle sur la route de l'humanité vers la réalisation de la paix et de la concorde universelle.

La destruction de l'URSS n'apporte aucun profit aux USA (faut arrêter de se foutre de la gueule du monde des fois...ndt). Ils n'ont plus au monde de partenaire à leur mesure, que pourrait seulement être une URSS démocratique (et pour conserver l'acronyme "CCCP", on pourrait le comprendre comme Union de Républiques Souveraines Libres (Soyouz Svobodnykh Souverennykh Respoublik en Russe, ndt)). Mais je n'ai pas réussi à faire cela. Etant donnée l'absence de partenaire égal pour les Etats-Unis, naturellement nait la tentation de s'attribuer le rôle de l'unique leader mondial, qui ne prends pas en compte l'intérêt des autres (et surtout des petits Etats). Cette erreur est source de maints dangers pour les Etats-Unis eux-mêmes, comme pour le monde entier. Le chemin pour les peuples vers la liberté véritable et long et difficile, mais il sera forcément victorieux. Mais pour cela le monde entier doit se libérer du communisme"


14 mai 2010

Pourquoi le socialisme ? par Albert Einstein




Est-il avisé pour quelqu’un qui n’est pas un expert en économie et questions sociales, d’exprimer ses vues sur le sujet du socialisme ? En fait, je crois que oui, pour un certain nombre de raisons.

Considérons d’abord la question du point de vue du savoir scientifique.

On pourrait penser qu’il n’y a pas de différences méthodologiques essentielles entre l’astronomie et l’économie : les hommes de science œuvrant dans ces deux matières essaient de découvrir des lois relativement générales pour un ensemble limité de phénomènes de façon à rendre le lien entre ces phénomènes aussi intelligible que possible. Mais en réalité de telles différences méthodologiques existent.

La découverte de lois générales dans le domaine de l’économie est rendue difficile par le fait que les phénomènes économiques observés sont souvent influencés par plusieurs paramètres difficiles à évaluer séparément. En plus, l’expérience qui s’est accumulée depuis le début de cette période dite civilisée de l’histoire humaine a – c’est bien connu – été largement affectée et contrainte par des éléments qui, en aucun cas, ne sont seulement de nature économique.

Par exemple, la plupart des étapes les plus importantes de l’histoire doivent leur existence à la conquête de territoires. Les peuples conquérants se sont établis en tant que classe privilégiée du pays conquis, par le biais de la loi et de l’économie. Ils se sont attribué le monopole de la propriété de la terre et ont nommé le clergé dans leurs propres rangs. Les prêtres, titulaires du contrôle de l’éducation, ont fait de la division de la société en classes une institution permanente et créé un système de valeurs qui a guidé le comportement social du peuple, sans que ce dernier en ait vraiment conscience.

Mais la tradition historique est encore, si l’on peut dire, celle d’hier. Nous n’avons nulle part surmonté ce que Thornstein Veblen a appelé « la phase de prédation » du développement humain. Ces faits économiques observables relèvent de cette phase et même les lois que nous pouvons en tirer ne sont pas applicables à d’autres phases.

Puisque le but réel du socialisme est précisément d’avoir raison de la phase de prédation du développement humain et d’avancer au-delà, la science économique dans son état actuel ne peut fournir qu’un léger éclairage sur la société socialiste du futur.

Deuxièmement, la finalité du socialisme est d’ordre social-éthique. La science, en revanche, ne peut créer des finalités et, encore moins, les inoculer dans les êtres humains ; la science peut, tout au plus, fournir les moyens par lesquels atteindre certaines finalités. Mais ces finalités elles-mêmes sont conçues par des personnalités ayant des idéaux éthiques nobles et (si ces finalités ne sont pas mort-nées mais vigoureuses et pleines de vie) alors elles sont adoptées et développées par tous ces êtres humains qui, à moitié inconsciemment, déterminent la lente évolution de la société.

Pour ces raisons, nous devrions être sur nos gardes et ne pas surestimer la science et les méthodes scientifiques quand il est question de problèmes humains ; et nous ne devrions pas supposer que les experts sont les seuls à avoir le droit de s’exprimer sur des questions relevant de l’organisation de la société.

Depuis quelque temps maintenant, de nombreuses voix soutiennent que la société humaine traverse une crise et que sa stabilité a dangereusement volé en éclats. La caractéristique d’une telle situation est que les individus se sentent indifférents ou même hostiles envers le groupe, petit ou grand, auquel ils appartiennent.

Pour illustrer mon propos, laissez moi raconter une expérience personnelle.


J’ai récemment discuté, avec un homme intelligent et bien intentionné, de la menace d’une nouvelle guerre qui, à mon avis, mettrait sérieusement en péril l’existence de l’humanité ; j’ai fait la remarque que seule une organisation supranationale pourrait fournir une protection contre un tel danger.

Là-dessus, mon visiteur, très calme et paisible, m’a dit : « Pourquoi êtes-vous si profondément opposé à la disparition de la race humaine ? ».

Je suis sûr qu’il y a à peine un siècle, personne n’aurait fait une telle déclaration avec autant de légèreté. C’est la déclaration d’un homme qui s’est efforcé en vain d’atteindre un équilibre intérieur et qui a plus ou moins perdu l’espoir d’y parvenir. C’est l’expression de l’isolement, d’une solitude douloureuse, dont tant de gens souffrent ces jours-ci.

Quelle en est la cause ? Y a-t-il une issue ?

Il est facile de soulever de telles questions, mais difficile d’y répondre avec un tant soit peu d’assurance. Je dois essayer, cependant, autant que je le peux, bien que je sois parfaitement conscient du fait que nos sentiments et nos efforts sont souvent contradictoires et obscurs et qu’ils ne peuvent être exprimés avec des formules simples et naturelles.

L’homme est tout à la fois un être solitaire et un être social.

En tant qu’être solitaire, il tente de protéger sa propre existence et celle de ceux qui sont les plus proches de lui, afin de satisfaire ses désirs personnels et de développer ses compétences innées.

En tant qu’être social, il cherche à gagner la reconnaissance et l’affection de ses congénères, à partager leurs plaisirs, à les réconforter dans leurs chagrins et à améliorer leurs conditions de vie.

Seule l’existence de ces efforts variés, fréquemment conflictuels rend compte du caractère particulier de l’homme. La conjonction spécifique de tous ces efforts détermine jusqu’à quel point un individu peut atteindre un équilibre intérieur et peut contribuer au bien-être de la société.

Il est tout à fait possible que le poids relatif de ces deux tendances (être solitaire, être social) soit, en grande partie, déterminé par l’héritage. Mais, la personnalité qui finalement émerge est en grande partie façonnée par l’environnement dans lequel un homme se trouve plongé au cours de son développement, par la structure de la société dans laquelle il grandit, par les traditions de cette société et par l’appréciation qu’a celle-ci des différents types de comportement.

Le concept abstrait de « société » signifie pour l’être humain individuel la somme de ses relations directes et indirectes à ses contemporains et aussi aux générations qui l’ont précédé. L’individu est capable de penser, de sentir, de faire des efforts et de travailler par lui-même ; mais il dépend tellement de la société (pour son existence physique, intellectuelle et émotionnelle) qu’il est impossible de le penser ou de le comprendre en dehors du cadre de la société.

C’est la « société » qui fournit à l’homme nourriture, vêtements, logement, outils de travail, langage, formes de pensée et l’essentiel du contenu de la pensée ; sa vie est rendue possible grâce au travail et aux réalisations de ces millions d’humains, du présent ou du passé qui se cachent derrière le petit mot « société ».

C’est pourquoi il est évident que la dépendance de l’individu vis-à-vis de la société est un état de la nature qui ne peut être aboli, tout comme dans le cas des fourmis et des abeilles. Cependant, tandis que le déroulement de la vie des fourmis et des abeilles est programmé jusque dans son plus petit détail par de rigides instincts héréditaires, le modèle social et les interelations entre les êtres humains sont très variables et susceptibles de changer.

La mémoire, la capacité à faire de nouvelles associations, le don de la communication orale ont rendu possible chez les êtres humains des développements qui ne sont pas dictés par des nécessités biologiques. De tels développements se manifestent dans les traditions, les institutions et les organisations, dans la littérature, dans les réalisations scientifiques et techniques, dans les travaux artistiques.

Cela explique comment il se trouve que, dans un certain sens, l’homme peut influencer sa vie grâce à sa conduite particulière et que, dans ce processus, la pensée consciente et la volonté peuvent jouer un rôle.

L’homme acquiert à la naissance, par hérédité, une constitution biologique que nous devons considérer comme figée et inaltérable, y compris les pulsions naturelles qui sont caractéristiques de l’espèce humaine.

En plus, au cours de sa vie, il acquiert une constitution culturelle que lui fournit la société grâce à la communication et à beaucoup d’autres types d’influences.
C’est cette constitution culturelle qui, avec le temps, est susceptible de changer et qui détermine en grande partie la relation entre l’individu et la société.

L’anthropologie moderne nous a enseigné, au travers de l’étude comparative des cultures dites primitives, que le comportement social des êtres humains peut être très différent selon les modèles culturels et les types d’organisation qui prévalent dans la société. C’est sur ce constat que ceux qui concentrent leurs efforts sur l’amélioration de la condition humaine peuvent fonder leurs espoirs : les êtres humains ne sont pas condamnés, du fait de leur constitution biologique, à s’anéantir entre eux ou à se retrouver à la merci d’un destin cruel qu’ils s’infligeraient à eux-mêmes.

Si nous nous demandons comment la structure de la société et l’attitude de l’homme devraient être modifiées pour rendre la vie humaine aussi satisfaisante que possible, nous devrions constamment rester conscients du fait qu’il y a certains paramètres que nous sommes incapables de modifier. Comme il est dit plus haut, la nature biologique de l’homme n’est pratiquement pas sujette au changement. En outre, les développements technologiques et démographiques des tout derniers siècles ont créé des conditions qui sont là pour durer.

Avec les concentrations de populations relativement denses, avec les marchandises indispensables à leur perpétuation, une division extrême du travail et un appareil de production fortement centralisé sont absolument nécessaires.

Ce temps où des individus ou des groupes relativement petits pouvaient être complètement auto suffisants, ce temps qui, si on regarde en arrière, paraît si idyllique, eh bien, ce temps a disparu à jamais. Il est à peine exagéré de dire que l’humanité constitue dès maintenant une communauté planétaire de production et de consommation.

J’ai maintenant atteint le point où je peux indiquer ce qui pour moi constitue le fond de la crise de notre temps.

Cela se rapporte à la relation de l’individu à la société.

L’individu est devenu plus que jamais conscient de sa dépendance vis-à-vis de la société. Mais il ne vit pas cette dépendance comme un atout, comme un lien organique, comme une force protectrice mais plutôt comme une menace à ses droits naturels, ou même à son existence économique. En outre, sa position dans la société est telle que les pulsions égotistes de son caractère sont constamment cultivées tandis que ses pulsions sociales, qui sont par nature plus faibles, se détériorent progressivement. Tous les êtres humains, quelle que soit leur position dans la société, souffrent de ce processus de détérioration. Prisonniers sans le savoir de leur propre égotisme, ils se sentent dans l’insécurité, seuls et privés des joies naïves, simples et sans sophistication de la vie.

L’homme ne peut trouver un sens à la vie, si courte et périlleuse soit-elle, qu’en se dévouant à la société.

L’anarchie économique de la société capitaliste, telle qu’elle existe aujourd’hui, est, à mon sens, la source réelle du mal. Nous avons devant nous une grande communauté de producteurs dont les membres s’efforcent sans cesse de se priver les uns les autres du fruit de leur travail collectif, non pas par la force, mais tout simplement en se conformant fidèlement aux règles établies par la loi. De ce fait, il est important de se rendre compte que les moyens de production (c’est-à-dire l’intégralité de la capacité de production nécessaire pour produire à la fois les biens de consommation et les moyens de production additionnels) peuvent être légalement la propriété privée d’individus, et ils le sont dans leur grande majorité.

Pour faire simple et bien que cela ne corresponde pas tout à fait à l’usage commun du terme, j’appellerai « travailleurs », dans la discussion qui suit, tous ceux qui n’ont pas leur part dans la propriété des moyens de production.

Le propriétaire des moyens de production est dans la position d’acheter la force de travail des travailleurs. C’est en utilisant ces moyens de production que le travailleur produit de nouvelles marchandises qui deviennent la propriété du capitaliste.

L’élément essentiel dans ce processus est la relation entre ce que le travailleur produit et ce qu’il est payé, tous deux mesurés en terme de valeur réelle. _ Dans la mesure où le contrat de travail est « libre », ce que le travailleur reçoit est déterminé, non pas par la valeur réelle des marchandises qu’il produit, mais par ses besoins minimum et par les besoins des capitalistes en force de travail en liaison avec le nombre de travailleurs disponibles sur le marché. Il est donc important de comprendre que, même en théorie, la paie du travailleur n’est pas déterminée par la valeur de ce qu’il produit.

Le capital privé tend à se concentrer entre quelques mains, en partie à cause de la compétition entre capitalistes et en partie parce que le développement technologique et la division croissante du travail encouragent la formation d’unités de production plus grandes au détriment des plus petites. Le résultat de ces développements est une oligarchie de capital privé dont le pouvoir exorbitant ne peut effectivement pas être contrôlé même par une société dont le système politique est démocratique.

Cela est d’autant plus vrai que les membres des corps législatifs sont choisis par des partis politiques largement financés et influencés d’une manière ou d’une autre par des capitalistes privés qui, en pratique, éloignent les électeurs du corps législatif. En conséquence, les représentants du peuple ne protègent pas suffisamment, dans les faits, les intérêts des secteurs les moins privilégiés de la population.

En plus, dans les conditions existantes, des capitalistes privé contrôlent inévitablement, d’une manière directe ou indirecte, les principales sources d’information (presse, radio, éducation). Il est alors extrêmement difficile et même, dans la plupart des cas, tout à fait impossible pour le citoyen individuel de parvenir à des conclusions objectives et de faire un usage intelligent de ses droits politiques.

La situation qui prévaut dans une économie fondée sur la propriété privée du capital est ainsi caractérisée par deux principes essentiels :

premièrement, les moyens de production (le capital) sont propriété privée et leurs propriétaires en disposent comme bon leur semble ;

deuxièmement, le contrat de travail est libre.

Bien sûr, une société capitaliste « pure », cela n’existe pas. En particulier, on doit noter que les travailleurs, au travers de leurs luttes politiques longues et âpres, ont réussi à imposer une forme quelque peu améliorée du « contrat de travail libre » pour certaines catégories de travailleurs. Mais, pris dans son ensemble, l’économie contemporaine ne se distingue pas beaucoup du capitalisme « pur ».

La production est réalisée pour le profit, pas pour son utilité. Il n’y a aucune assurance que ceux qui sont capables et désireux de travailler seront toujours en position de trouver du travail ; il existe presque toujours « une armée de chômeurs ». Le travailleur craint en permanence de perdre son emploi. Comme les travailleurs sans emploi ou faiblement payés ne constituent pas un marché lucratif, la production de biens de consommation s’en trouve réduite et il en résulte de grandes difficultés. Il est fréquent que le progrès technologique conduise à plus de chômage plutôt qu’à un allégement pour tous de la charge de travail.

La soif du profit, ajoutée à la concurrence que se livrent les capitalistes, est responsable de l’instabilité dans l’accumulation et l’utilisation du capital qui conduit à des dépressions de plus en plus graves. La compétition sans limites génère un énorme gaspillage de travail et cette paralysie de la conscience sociale des individus que j’ai mentionnée plus haut.


Je considère la paralysie des individus comme la pire malfaisance du capitalisme. Notre système éducatif tout entier souffre de ce mal. Une attitude exagérée de compétition est inculquée à l’étudiant qui, en guise de préparation à sa carrière future, est formé à vouer un culte à sa réussite dans l’âpreté au gain.

Je suis convaincu qu’il n’y a qu’une seule façon d’éliminer ces maux dangereux, à savoir par la mise en place d’une économie socialiste, accompagnée d’un système éducatif tourné vers des objectifs sociaux.

Dans une telle économie, les moyens de production sont possédés par la société elle-même et sont utilisés selon un mode planifié. Une économie planifiée qui ajuste la production aux besoins de la communauté, distribuerait le travail à faire entre ceux qui sont capables de travailler et garantirait des moyens d’existence à chaque homme, femme et enfant. Outre la promotion de ses capacités innées propres, l’éducation de l’individu tenterait de développer en lui le sens de la responsabilité pour ses congénères plutôt que la glorification du pouvoir et de la réussite qui prévaut dans la société présente.

Néanmoins, il faut garder à l’esprit qu’une économie planifiée n’est pas encore le socialisme. Une économie planifiée en tant que telle peut être assortie d’un asservissement total de l’individu.

La réalisation du socialisme requiert la résolution de quelques problèmes socio-politiques extrêmement difficiles : comment est-il possible, eu égard à la centralisation de grande envergure du pouvoir politique et économique, d’empêcher la bureaucratie de devenir toute puissante et présomptueuse ?

Comment assurer les droits des contre-pouvoirs au pouvoir de la bureaucratie ?

Exprimer clairement les objectifs et les problèmes du socialisme est d’une très grande importance pour notre période de transition. Puisque, dans les circonstances présentes, la discussion libre et sans obstacles de ces problèmes est frappée d’un tabou puissant, je considère que la création du présent magazine est un service public important.

03 mai 2010

"Il faut reconstruire un mouvement de lutte étudiant plus large"


Interview parue dans le Gauchebdo du 1er mai 2010



Quelles sont les revendications des étudiants?

Tout d’abord il faut rappeler que le mouvement étudiant «Education is NOT for $A£€ » s’inscrit dans le cadre d’un vaste mouvement européen d’occupation d’universités lancés par les étudiants de Vienne et qui touché au total une centaine d’universités de par le monde, dont quatre en Suisse. La raison d’être de ce mouvement, ce qui en a fait l’unité par delà les frontières et les spécificités locales, c’est l’opposition aux réformes de l’enseignement impulsée par la déclaration de Bologne, dont le but est d’harmoniser l’enseignement supérieur. Ces réformes mettent les universités au service des entreprises, avec à la clé le démantèlement des filières non-rentables et la transformation des autres en véritables fabriques à brevets, sacrifiant l’indépendance de la recherche sur l’autel du profit. Le but final étant d’arriver à un système à l’américaine avec quelques « pôles d’excellence » excessivement chers au point de n’être accessibles qu’à l’élite, et des universités de deuxième et troisième zone, avec des diplômes de deuxième et troisième zone, voire des simples écoles supérieures ayant perdu leur statut d’université. Les revendications du mouvement étaient donc la garantie de la non-privatisation de l’université, l’indépendance de la recherche, la gratuité des études, la non-suppression des filières, le rétablissement d’une authentique démocratie universitaire incarnée dans des organes paritaires, un meilleur encadrement, une plus grande facilité d’accéder aux bourses et plus de logement étudiant.
Pourquoi le mouvement «Education is NOT for $A£€» s’est-il essoufflé?
Un mouvement étudiant est inévitablement éphémère car les étudiants ne peuvent se permettre de poursuivre une lutte - et à fortiori une occupation - pendant trop longtemps sans mettre en danger leurs études. Ceci dit, il faut reconnaître que le mouvement « Education is NOT for $A£€ » n’a pas eu le succès escompté et malgré des débuts prometteurs s’est vite, bien plus vite que d’autres mouvements analogues dans d’autres universités, essoufflé après une très brève occupation qui fut globalement un échec. Parmi les raisons d’un tel échec le fait que l’occupation de la plus grande salle d’Unimail avec un mouvement très minoritaire était probablement un choix peut-être prématuré. Il y eu aussi la division du mouvement qui comptait une forte minorité plutôt réservée face à l’idée même d’un mouvement de lutte et qui a rapidement fait sécession. Mais la cause essentielle était sans doute le choix de faire un mouvement totalement autogéré et horizontal, sans structure et avec des objectifs purement généraux. Cette forme d’organisation a conduit dans la pratique à une absence de stratégie définie ainsi que de buts précis acceptés par tous. d’où des débats sans fins pendant l’occupation sur les raisons de celle-ci voire sur notre légitimité à occuper. D’où un enlisement progressif, qui a mené à l’essoufflement du mouvement après que le rectorat ait mis fin à l’occupation manu militari.

Allez-vous tenter de relancer un mouvement à brève échéance?

A un mois avant les examens, il serait irréaliste de vouloir relancer un mouvement. Mais la lutte des étudiants va inévitablement reprendre étant donné que les réformes dans l’esprit de la déclaration de Bologne vont se poursuivre. Le mouvement étudiant européen de 2009 n’a sans doute pas à proprement parler conduit à une victoire, mais son existence même était en soi un grand succès. Pour pouvoir vaincre un jour les forces du capital, il est nécessaire de reconstruire un large front de lutte populaire, et le mouvement « Education is NOT for $A£€ » est une étape indispensable pour apprendre à travers ces échecs et reconstruire un mouvement de lutte étudiant beaucoup plus large et sur des fondations beaucoup plus solides.